Mode d'emploi:

en noir la lettre du maire sortant, publié dans le journal du Crestois et distribué par ses soins dans les boites aux lettres des Divajeois pour la liste Ensemble, en rouge la réponse des candidates de la liste DIVAJEU-DIVERSITE.

COPIE DU

DROIT DE REPONSE TRANSMIS A LA PRESSE ET REPONSE DES CANDIDATES DE LA DIVERSITE

Vous avez pu lire dans le Crestois du vendredi 14 les attaques des candidates de la liste « Divajeu-diversité » contre la municipalité. Pourtant dans une lettre ouverte aux élus elles écrivaient, je cite« Par souci d'apaisement nous venons de proposer aux candidats pour les prochaines municipales, actuellement élus, de nous joindre à eux pour créer une seule et unique liste « diversité ».Drôle conception de l'apaisement !!Monsieur le maire  a refusé de prendre trois candidats de notre groupe sur sa liste alors qu’il avait du mal à recruter.

Verser dans la critique ce n'est pas qualité et compétence à exercer un mandat d'élu. Et encore moins un mandat de maire !

Ces mêmes candidates, toujours tournées vers le passé, écrivent dans leur profession de foi je cite : « La municipalité a perdu ce procès et d'autres encore ». Le doute ainsi introduit auprès des divajois est inacceptable et doit être levé, ce que nous faisons ci-après.

2001 la commune est citée au Tribunal dans une sinistre affaire de chemin privé quartier Les Noyeries. Elle est très rapidement mise hors de cause. De cela nous ne sommes pas au courant nous ne pourrons pas en parler.

 

2003 la commune est citée au Tribunal dans une affaire d'un ex chemin rural quartier « l'eau vive ».Désinformation : il s’agit du chemin N°23 appelé le chemin des sangliers à la maison Martin pas déclassé en 2001 L'arrêt rendu en 2013 satisfait la commune.  Pourtant la commune a perdu son appel ! Un maire qui considère comme positif une décision de justice condamnant financièrement la commune cela dépasse l’entendement. Comme souhaité, elle n'aura pas un sou à dépenser pour la réouverture de ce chemin et son entretien futur .Mais alors pourquoi 12 ans de procédure excessives et couteuses pour la commune puisque dès 2001, le propriétaire de la maison Martin avait fait cette proposition à la commune par écrit et avec devis à l’appui ? Au bout de 12 ans, M Martin gagne son procès. D'ailleurs dans cette affaire un conseiller municipal, proche des candidates, avait pris fait et cause pour défendre les intérêts privés (Non c’est  pour la défense des droits du citoyen)  plutôt que l'intérêt général communal.

 

2007 Ce même conseiller municipal introduit une requête auprès du Tribunal Administratif de Grenoble, contre une décision du Conseil municipal prise à l'unanimité (Faux : une voix contre et une abstention). Le changement de jurisprudence lui donne raison en 2011 (Désinformation : le tribunal dans son jugement ne s’est pas référé à une jurisprudence (voir article blog)). Pas de quoi en faire une affaire d'état, Pour nous l’enjeu est important, il s’agit que notre municipalité respecte la démocratie une simple délibération a régularisé la situation. Faux : ce sont toutes les délibérations du conseil qui s’était tenu à huis clos qui ont dû être reprises soit 8 délibérations et il a fallu faire 2 conseils municipaux car le maire n’avait pas suivi la bonne procédure.

Précision : M BERGAMINI n’avait pas d’avocat pour le défendre, il n’a pas non plus demandé de dommages ou intérêts dans cette affaire à la commune. Son seul objectif était alors que la municipalité ne fasse plus de huis clos abusifs.. Il a tenté de prévenir le maire de sa démarche si les huis clos ne cessaient pas. Le maire a refusé de le recevoir. La plainte  a donc été déposée. Ce qui est très honorable. Depuis la plainte au tribunal, il n’y a plus eu de huis clos et nous avons pu assister à tous les conseils. M BERGAMINI a gagné son procès. M le maire a perdu la face dans cette affaire.

Je cite à nouveau ces trois personnes « ...ce sont nos impôts qui financent les frais de procédures... ». Flagrant délit de grande ignorance et mensonge car tous les frais de justice et d'avocats ont été pris en charge par l'assurance défense et recours de la commune  Pourtant, dans un mémoire en défense, la commune accuse, je cite celle-ci: « …M BERGAMINI, inexcusable en sa qualité de conseiller municipal, a contraint cette collectivité à engager des deniers publics pour assurer sa défense… » Alors, est-ce la commune ou l’assurance qui doit payer ? …

Ce que ces procès auront coûté  à la commune, nous ne le saurons probablement jamais. C’est dans le secret de la mairie.  Les comptes administratifs des petites communes ne permettent pas aux citoyens d’avoir accès à ces détails.

 

Mais ces trois candidates de la liste « Divajeu Diversité » qui sont des spécialistes du passé auraient du faire preuve de plus d'honnêteté intellectuelle et d'objectivité et indiquer aussi que la municipalité avait gagné un procès. Mais cela ne les servait pas pour leurs critiques, donc leur silence. Le procès dont il s'agit a été intenté contre un particulier par la commune en 2001 et gagné par elle en 2006. Résultat pour les divajoises et divajois 167 693 euros qu'ils n'ont pas eu à payer. Vos élus ont toujours privilégié et sauvegardé les intérêts de la commune contrairement à ce que nos détracteurs voudraient faire croire. Qui donc parle du passé ?  Nous ne pouvons que  féliciter la municipalité de ce procès gagné. La population a largement été informée C’est bien humain ! On parle plus facilement de ce que l’on gagne que de ce que l’on perd.

Il est d’autres procès qui sont perdus d’avance et qui auraient pu être évités.  La voie de la conciliation est plus intelligente. Il faut savoir supporter l’opposition avec dignité.

 

Alors mesdames un peu de sérieux, ne dites pas n'importe quoi, élevez le débat, arrêtez vos attaques douteuses, arrêtez de parler du passé, mais pour cela faudrait-il que vous ayez des projets à proposer ce qui vous fait défaut comme d'ailleurs à vos soutiens de l'ombre qui comme vous n'ont cesse de ressasser les temps d'hier, de critiquer, de discréditer.

Nous proposons ce qui manque, ce qui coûte peu et rapporte beaucoup, du dialogue du respect, de l’information et du débat. Pour  le reste nous faisons confiance à l’ensemble des élus.

Une campagne électorale basée sur critique et dénigrement tous azimuts, sans rien proposer, expliquer aux électeurs comme à des enfants, comment voter, excusez-nous, c'est réducteur et affligeant.

 

René Esteoulle « pour Divajeu Ensemble »

 

Le maire sortant par cette lettre que vous avez reçue chez vous, nous fait la démonstration qu’il désinforme plus qu’il n’informe, qu’il ne respecte ni la vérité, ni l’opposition. En voulant nous salir, c’est la fonction de maire qu’il déshonore.

 

Nous candidates de la diversité, du sérieux nous en avons, du répondant aussi.

 

Les candidates de la liste  DIVAJEU-DIVERSITE